Comment cuisiner cru avec le régime Seignalet ?

Bien que le régime Seignalet soit devenu très populaire auprès des Français, de nombreuses questions subsistent sur son fonctionnement. Comment cuisiner cru en utilisant cette méthode nutritive ? Quelles sont les astuces à appliquer pour profiter de plats savoureux ? Cet article complet répondra à ces questions.

Le régime Seignalet pour une vie plus saine

régime seignalet
Considéré par l’ensemble des diététiciens comme une cuisine sans dangers et très bénéfique pour le corps, le régime Seignalet est avant tout un plan culinaire hypotoxique. En d’autres mots, cela définit une solution alimentaire permettant de freiner ou empêcher l’apparition de symptômes liés à des maladies auto-immunes.

Pour appliquer totalement ce système mis au point par un chirurgien reconnu, plusieurs impératifs doivent être suivis. Parmi ceux-ci, la consommation de produits crus est un principe élémentaire.

Consommer cru ?

Egalement appelée Raw Food, la consommation d’aliments crus est une méthode qui attire la curiosité de nombreux Français. Sans explications supplémentaires, l’image d’une cuisine se rapprochant du Japon avec ses sushis, par exemple, ne fait pas l’unanimité chez les internautes. Pourtant, l’objectif principal du régime Seignalet cible essentiellement l’apport nutritif végétal. Ainsi, les légumes, fruits, certaines céréales (dont le riz ou le sésame), et bien sûr un apport en protides et lipides, formeront l’essentiel du plan suggéré.

Ce mode de consommation gagne en popularité et profite de commentaires très positifs. A cette occasion, un article du Figaro présente l’arrivée du phénomène en France depuis 2017.

Quelle température maximale pour les cuissons inévitables ?

D’après le régime Seignalet et la méthodologie des crudivores, la température maximale et idéale pour la cuisson des aliments ne peut excéder les 42 °C. Au-delà, l’indice de vitalité de celui-ci sera réduit en fonction du temps passé sur la poêle ou dans le four traditionnel.

Pourquoi devenir crudivore ?

Devenir crudivore présente de 2 principaux avantages pour un consommateur.

Le premier intérêt concerne les nutriments ingérés lors d’une dégustation. En effet, lors d’une cuisson, un aliment perd une partie de ses minéraux, vitamines ou protéines. A l’inverse, consommer cru permet d’apporter de manière optimale l’essence indispensable au corps.

Le deuxième facteur sera directement lié à l’argument cité ci-dessus : la digestion. En profitant d’une alimentation riche en fibres et en produits bio non-cuits, l’intestin grêle et le système digestif dans son ensemble seront soulagés d’un travail souvent plus important lors d’une cuisine plus traditionnelle.

Toutefois, il est indispensable de se rapprocher d’un médecin généraliste afin de vérifier la sensibilité de l’intestin et éviter ainsi des problèmes de ballonnements ou autres spasmes désagréables.

L’importance des produits bio

Avant de détailler les différentes astuces pour pouvoir cuisiner cru avec le régime Seignalet, il est utile de rappeler la nécessité de sélectionner des produits bio et frais pour s’assurer une dégustation idéale et maîtrisée. Les aliments transformés, décongelés et industriels sont ici vivement déconseillés pour se protéger d’éventuelles intoxications alimentaires.

Comment cuisiner cru avec cette méthode nutritive ?

Les aliments proscrits

Cuisiner cru avec le régime Seignalet impose le bannissement de certains produits végétaux et non-transformés :

  • Le lait animal (qu’il provienne de vaches, chèvres ou autres espèces)
  • Une majorité des céréales (le blé, l’épeautre, l’avoine, le maïs, le kamut, le seigle et l’orge)
  • Les aliments industriels soumis à des pesticides

A contrario, il est tout à fait possible d’utiliser des céréales proscrites lorsqu’elles sont germées. Pour cela, un simple bocal rempli d’eau et d’une poignée d’avoine, par exemple. Une fois refermé et après quelques jours, les graines obtenues deviendront utilisables pour compléter une recette crudivore.

En revanche, la totalité des fruits secs sont vivement conseillés pour leurs vertus. En ajoutant l’ensemble des légumes et fruits de saison, le choix reste tout de même important afin de pouvoir s’orienter sur des recettes alléchantes.

Consommer rapidement

En ce qui concerne les plats entièrement réalisés à partir de végétaux, la conservation d’aliments bio ne pourra excéder 2 jours (en moyenne). En revanche, la préparation et la dégustation de viandes ou poissons, devront être réalisées le jour de l’achat du produit afin de garantir une parfaite digestion.

D’après une expression très populaire, des produits qui pourrissent sont des produits sains pour le corps. Bien que l’impossibilité de préparer bien à l’avance des plats puisse être un frein pour certains Français, devenir crudivore est pourtant synonyme de bien-être et de vie saine.

Cuisiner de la viande crue

Consommer de la viande crue est très certainement l’aspect le plus délicat du régime Seignalet. Sans une bonne connaissance et préparation d’un mets, l’intoxication alimentaire peut être très dangereuse et douloureuse. Pour éviter ce genre de scénarios, des règles sont à appliquer avec précaution.

Dans un premier temps, la sélection de produits frais, de qualité et non-transformés est indispensable. Evidemment, cela représentera un coût supplémentaire pour un utilisateur habitué aux produits industriels de grandes surfaces.

Qu’il s’agisse de poisson ou de haché de bœuf, le tartare et le carpaccio seront inévitablement les recettes disponibles les plus populaires. Cependant, le régime Seignalet conseille de limiter la consommation de viande (en moyenne, une fois par semaine) et de privilégier les aliments végétaux.

Aromatiser un plat

Peu importe le mode de vie, de multiples recherches scientifiques ont mis en évidence les dégâts d’une surconsommation de sel sur le corps. Bien que cette astuce ne soit pas propre au régime Seignalet (mais parfaitement applicable), l’utilisation d’aromates pour apporter de nouvelles saveurs est recommandée. Ainsi, les herbes fraîches, les vinaigres, les huiles végétales ou encore les fruits secs accompagneront idéalement les mets.

Des desserts pour les plus gourmands

Devenir crudivore tout en suivant un régime bien-être n’est pas incompatible avec la dégustation de desserts savoureux. Essentiellement constituées de fruits, les nombreuses recettes disponibles sont « low fat » et pourraient 10surprendre de nombreux invités. La mousse au chocolat, par exemple, est une solution totalement réalisable en suivant la méthode diététique de cet article.

En conclusion ?

Cuisiner cru avec le régime Seignalet impose une consommation rapide ainsi qu’une sélection maîtrisée des aliments. Avec de nombreuses recettes disponibles, allier le bien-être et de savoureux mets est tout à fait possible.